Vous êtes ici : FRBlog

  • le 27 mai 2019

La certification numérique constitue une étape importante de la transformation digitale de l’enseignement supérieur et de son écosystème. Pour proposer des solutions toujours plus innovantes à ses clients, Kosmos, membre du réseau EdTech, soutient des startups innovantes du secteur de l’éducation.

 En 2019, Kosmos a choisi de soutenir BCDiploma, une startup lancée en 2017 par Luc Jarry-Lacombe et Vincent Langard. En créant ce partenariat, Kosmos souhaite proposer à ses clients un nouveau service de certification des diplômes grâce à la technologie blockchain.
 

Les diplômes falsifiés sont une réalité

En 2017, selon le Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement et de la recherche, 30 % des CV transmis à des cabinets de recrutement mentionnent des diplômes de façon abusive ou inexacte. Aujourd’hui, il est devenu simple de falsifier un diplôme. Jusqu’à très récemment, pour garantir la véracité des diplômes obtenus, il fallait demander une copie conforme et certifiée à l’émetteur. La technologie de la blockchain permet désormais de proposer une solution pour garantir l’authenticité du diplôme sans processus fastidieux.
 

Qu’est-ce que la blockchain ?

La blockchain est une technologie apparue en 2008 avec la monnaie numérique Bitcoin. Elle est introduite par un inconnu se présentant sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto.

Une blockchain constitue une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette base de données est sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne.

Son innovation résulte dans le fait que cette solution fonctionne sans organe central de contrôle ce qui évite le piratage. Chaque utilisateur peut, à tout moment, à l’aide d’un système cryptographique, vérifier la validité des informations, rajouter des données et enregistrer une transaction.
Il existe des blockchains publiques, ouvertes à tous, et des blockchains privées, dont l’accès et l’utilisation sont limitées à un certain nombre d’acteurs.
 
 La blockchain est un registre numérique de transactions économiques incorruptible qui peut être programmé pour inscrire non seulement des transactions financières mais aussi potentiellement toute chose de valeur.  Don & Alex Tapscott, auteurs, La Révolution Blockchain (2016).

D’ailleurs, la blockchain est aujourd’hui une technologie qui a également trouvé sa place dans le monde de l’éducation. 

 

La blockchain garantit des diplômes dématérialisés, certifiés et sécurisés

bcdiploma

Pour l’établissement qui délivre le diplôme, la dématérialisation permet de réaliser de réelles économies en supprimant la gestion et le stockage de diplômes au format papier. Elle gagne également en efficacité en automatisant la délivrance des diplômes : les étudiants reçoivent une URL unique et pérenne et l’école ne délivre plus d’attestations à la demande.

La technologie blockchain assure l’authenticité du diplôme. La société BCDiploma garantit le cryptage et le stockage des données du diplôme sur la blockchain Ethereum. Le diplôme est ainsi sécurisé et infalsifiable.

Le diplômé a la garantie de la pérennité de son diplôme, dont il peut faire directement valoir l’authenticité. Avec son URL unique, il diffuse son diplôme en ligne, via son CV ou les réseaux sociaux professionnels comme Linkedin.

Les recruteurs peuvent alors vérifier d’un simple clic que le candidat a bien été diplômé au sein de l’école ou de l’université émettrice, et que ce diplôme est bien conforme.